Avertir le modérateur

21/05/2013

«Les femmes désirent le désir de l’homme»

Sur les traces du plaisir – Episode 2

Lire l’épisode précédent, «Des femmes comblées»

barbie.JPG

Un vendredi après-midi de mai, à Bruxelles. Le Manneken Pis exhibe toujours son pénis aux touristes et les frites sont toujours pleines de mayonnaise. Des clichés parmi tant d’autres, qu’Elisa Brune, l’auteur de La révolution du plaisir féminin, sexualité et orgasme (ed. Odile Jacob), aimerait bien dézinguer. «Les ados entretiennent des conformismes effrayants: un mec qui drague, c’est un Don Juan, une fille qui drague, c’est une salope. Allez parler à une fille de 15 ans, elle vous dira qu’elle n’ose pas se toucher parce que c’est sale.»

Pour la journaliste belge, qui a fait le tour du monde des pratiques sexuelles et de l’épanouissement féminin, les femmes seraient victimes d’un syndrome de Stockholm vis-à-vis de leur libido: mise sous cloche par une société phallocratique, elle a peur de se libérer. «Une femme peut parfaitement ignorer le plaisir, avoir une sexualité sans intérêt et sans orgasme. Et même dans des couples égalitaires et ouverts, les femmes qui ont des motifs d’insatisfaction n’arrivent pas à le dire. C’est d’une tristesse infinie.» Parler, on pensait pourtant que c’était un truc de filles. Encore un cliché qui en prend un coup.

Va falloir s'activer

«Les filles ont ajouté des chapitres dans la séduction sexuelle, par les vêtements ou la chirurgie esthétique, mais elles refusent toujours de revendiquer leur plaisir, poursuit Elisa. Elles ont tellement appris à être passives, à ne pas prendre de décisions au lit, qu’elles attendent toujours le prince charmant qui va leur mettre le feu». Mesdames, pour trouver le plaisir, il faudrait donc s’activer un peu plutôt que de faire l’étoile de mer. «Quand je parle d’être active, ce n’est pas bêtement dire que c’est elle qui choisit la position, précise la journaliste bruxelloise. C’est aller vers ce qui fait du bien. Un exemple: une femme qui se met en position d’Andromaque, c’est-à-dire qui chevauche l’homme, et se lance dans un mouvement de piston, elle est active à rechercher quoi? L’éjaculation du mec. Elle s’instrumentalise elle-même alors que si elle bouge pour elle, ça ne va pas faire jouir le mec,  mais ça lui fera du bien à elle. Or, les femmes ne le font pas de peur qu’il s’impatiente ou s’ennuie… On est toujours dans la même situation où les hommes désirent les femmes et les femmes désirent le désir de l’homme.»

Combler ces messieurs serait donc l’écueil dans lequel bon nombre de femmes tombent, au détriment de leur propre plaisir. Mais pour prendre leur pied, encore faudrait-il que les femmes sachent où il se trouve. Et l’anatomie n’est pas vraiment de leur côté. «Le vagin est une belle au bois dormant», nous conte le sexologue Gérard Leleu. J’ai très envie de savoir qui va venir l’embrasser pour le réveiller.

Commentaires

Voilà un article débandant.

Écrit par : dormoy | 21/05/2013

"le vagin est une belle au bois dormant" ! qu'est ce qui faut pas lire, c'est juste un orifice déstiné a accueillir la verge.

Écrit par : tapora | 21/05/2013

@tapora: merci, vous venez de justifier l'existence de ce blog

Écrit par : L'auteur | 21/05/2013

Je trouve ce point de vue vieillot...
ces poncifs, sont et heureusement, de moins en moins vrai...
Je suis trentenaire, il y a dans ma génération, des quantités de femmes qui assume une sexualité libéree, et une recherche du plaisir... ce sont les plus désirable, les plus interessantes avec qui échanger à tous points de vue... Pour arriver à ceci, les hommes ont fait des efforts, ont remis en cause leur état, pour ne pas ressembler à leurs peres (pairs) qui laisssaient bobonne à la maison...

Quand au cliché don juan/salope, il s'inverse meme :
Sur les sites de rencontres, une femme peut par exemple mettre sans probleme qu'elle recherche "un grand brun sans poils, sportif avec de jolies tablettes" alors qu'un mec ne pourra jamais indiquer vouloir "une petite blonde avec des gros seins", qui est peu ou prou la meme idée...

d'ailleurs, je ne voudrai pas, et sans doute beaucoup d'hommes de ma génération, d'une femme non libérée, qui n'a pas vécu un peu avant nous, qui n'eprouve pas de plaisir ou qui a mis son plaisir en retrait, qui a besoin de nous pour sa protection uniquement...
cette société changera aussi quand les femmes arreteront de vouloir etre "sauvées" de leur propre vie par un homme...

elles ne veulent presque plus de prince charmant, nous ne voulons plus du tout de cendrillon, on devrait pouvoir s'arranger ;-)

Écrit par : zip | 21/05/2013

Mega + 1 zip!

Écrit par : squizz | 22/05/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu