Avertir le modérateur

13/06/2013

Le manifeste des chaudières

chaudiere-a-condensation-schema.jpgUne jupe un peu courte, un regard un peu appuyé, une remarque osée: il en faut peu pour se faire cataloguer. En particulier quand on est une femme et en particulier en matière de sexe. Nous avons beau être modernes, égalitaires, voire féministes, nous avons toutes et tous, un jour, jugé que celle-là était une belle chaudasse avec ses décolletés plongeants ou que celle-ci méritait bien d’être surnommée «la chaudière» en raison de son goût affiché pour le calendrier des Dieux du stade. Bien souvent, ce ne sont que des taquineries, rien de méchant, on ne le pense pas vraiment. N’empêche, on le dit, et l’idée que les femmes qui aiment le sexe sont des salopes mène sa vie clandestine derrière ces petites (ou grandes) moqueries.

Une consoeur britannique a écrit récemment un article sur le «mythe du premier soir». On peut y lire les déclarations édifiantes de son colocataire masculin: «Si une fille couche avec toi le premier soir, tu la considèreras toujours un peu comme une salope, et tu ne voudras sûrement pas en faire ta petite copine.» Son coloc’ n’est pourtant pas un horrible macho, assure-t-elle. Pas plus que ces femmes qui, selon une étude récente, jugent plus dignes d’amitié les filles qui ont eu deux partenaires sexuels que celles qui en ont eu vingt. Hommes, femmes, idées reçues et jugement moral: un partout, balle au centre.

Il faut dire que la science ne nous aide pas vraiment à oublier le pêché originel. Ainsi, le Librido, le Viagra pour femmes, est prêt dans les labos mais risque de ne jamais arriver sur nos tables de chevet de peur que le monde ne sombre dans le chaos, rien de moins. L’Américain Daniel Bergner, auteur de «What Do Women Want? Adventures in the Science of Female Desire», écrivait ainsi dans le New York Times que «Plusieurs consultants dans le domaine m’ont confié que les laboratoires pharmaceutiques s’inquiétaient des résultats du Librido, qui seraient trop bons. Et surtout, que la Food and Drug Administration (FDA) risquait de le rejeter, craignant que les femmes débordent de libido et deviennent des infidèles frénétiques, bouleversant l’ordre de la société.» Une inquiétude qui n’a pas effleuré la FDA pour le Viagra.  

Et si on admettait une bonne fois pour toutes que les femmes ont une libido, au même titre que les hommes. Qu’il n’y a rien de déshonorant à être entreprenante et sexy. Qu’on peut coucher le premier soir sans être une salope. Qu’on peut même coucher sans sentiments et avoir un orgasme avec un coup d’un soir sans être une pute. Qu’on peut acheter des sex-toys ou regarder du porno sans être une nymphomane. Qu’on peut aussi ne rien faire du tout sans pour autant être une «mal baisée». Bref, qu’une femme fait ce qu’elle veut de sa sexualité, que ça la regarde et que personne n’est en droit de juger cela.

Chagasses, chaudasses et chaudières de France et du monde, unissons-nous.

 

Commentaires

"Publié dans Approfondissements" MMmmmh !

Écrit par : Constantin | 13/06/2013

"Qu’on peut coucher le premier soir sans être une salope"

Non, on ne peut pas. C'est surtout qu'il faudrait cataloguer les mecs de la même manière. Couché le premier soir, c'est autant être une salope qu'un salaud : il est simplement injuste que pour les mecs ça passe mieux.

Écrit par : a | 13/06/2013

Merci "a" pour cette preuve que, quelque part, l'obscurantisme est toujours à nos portes.
Juger quelqu'un sur sa vie sexuelle, quelle misère intellectuelle.
Je me dis parfois que certains ont bien peu de choses auxquelles penser pour se préoccuper de juger les pratiques sexuelles (légales, hein) d'autrui. Enfin...

Écrit par : Hervé | 14/06/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu