Avertir le modérateur

21/06/2013

La révolution commencera sous les aisselles

hair_f1.jpg(c) Soft Paris

Les Chinoises ont trouvé un nouveau moyen pour éloigner les pervers: le collant poilu. Que ce collant existe réellement ou qu’il soit une légende urbaine, les commentaires que cette info a généré dans le monde entier sont révélateurs: le poil aux pattes, c’est pas sexy. Et le poil tout court, par extension.

article_collant.jpg

Aisselles, torses de messieurs, parties génitales, rasez vite cette toison que je ne saurai voir. Mais pourquoi tant de haine envers ces pauvres poils? «Cette phobie du poil est construite sur l’idée qu’un être humain qui contrôle ses poils est mieux considéré socialement», estime Stéphane Héas, maître de conférences à l’université Rennes 2 et co-créateur de la Société Française en Sciences Humaines sur la Peau.

Premier argument: le poil, c’est sale. Alors que le morpion va bientôt être classé dans la liste rouge des espèces menacées, les poils représenteraient un nid douillet pour les parasites en tout genre. «Dans nos sociétés hygiénistes qui vont vers l’aseptisé, le net, le clean, le poil dénote un peu la saleté car il retient la sueur, l’urine et autres fluides», explique Christian Bromberger, professeur en ethnologie à l’université d’Aix-Marseille et auteur de Trichologiques. Une anthropologie des cheveux et des poils.

Second argument: le poil, c’est pour les animaux. «L’épilation est liée à une idée un peu bizarre de désanimalisation, on serait plus humain sans poils qu’avec», explique Stéphane Héas. Pour nous éloigner de nos cousins primates, nous n’aurions donc pas trouvé mieux que de nous raser. Si le torse velu des hommes, signe de virilité et de puissance sexuelle, peut encore attirer ces dames, elles sont toutefois de moins en moins nombreuses à aimer le contact des poils: une étude réalisée en Slovaquie et en Turquie, la «ceinture velue de l’Europe», en 2012 révélait que seules 21% des femmes aimaient les poitrines masculines garnies. «C’est surtout un refus d’admettre le corps, le caractère charnel, l’animalité, estime Jean da Silva, auteur de Du velu au lisse… et professeur en arts plastiques à l’université Paris I. Le corps est soumis à un regard esthétique donc entretenu». Maîtrise tes poils, maîtrise ton poids, mets de la crème anti-rides et mange cinq fruits et légumes par jour: chacun est responsable de son apparence et cette «responsabilisation intime et intimée» nous pousse à nous conformer à ce que la société nous impose comme image du beau, estime Stéphane Héas.

montagepoil.jpg

Sean Connery, Ryan Gosling, deux époques, deux beautés, deux pilosités. Mais y en a un qui chope visiblement plus que l'autre.

Cette idée gagne également nos parties intimes: l’épilation intégrale du pubis se banalise chez les femmes, certaines affirmant que cela décuplerait leurs sensations pendant les relations sexuelles. «On peut y voir la revendication d’une certaine maitrise de leur sexualité par les femmes, juge Jean Da Silva. C’est une fétichisation: on s’approprie son corps en tant que création». Sauf que phéromonologiquement parlant, un corps qui ressemble à celui d’une poupée ou d’une fillette sera beaucoup moins attirant pour le mâle: «Le poil est un médiateur: il donne beaucoup d’informations via les odeurs sur les parties importantes du corps, tête, pubis,…» «Une femme peut être belle même avec des poils!», s’exclame pour sa part Anne-Charlotte Desruelles, fondatrice de la marque de sex-toys et de lingerie vendus à domicile Soft Paris. Pour elle, l’épilation est une «obligation stéréotypée et imposée par notre société» dont toutes les femmes devraient avoir le choix de s’affranchir.

Et si finalement, s’épiler était l’inverse de sexy? C’est l’avis des membres du Mouvement international pour une écologie libidinale (Miel), dont Jocelyn Patinel fait partie. «Le poil est symboliquement et biologiquement lié à la sexualité. La libération de la femme, qui leur a permis de dévoiler plus de corps, s’est faite néanmoins sous la condition d’ôter toute connotation sexuelle. On a montré son corps, mais en le désexualisant.» Pour lui, s’épiler, c’est «rhabiller la peau» et surtout accepter «l’aliénation à la norme»: «Ne pas s’épiler peut être vu comme un acte de résistance», conclut-il. La révolution commencera sous les aisselles.

Commentaires

Personnellement j'aime les femmes avec des poils, au pubis et sous les aisselles. Je n'aime pas les femmes lisses qui me donnent l'impression de coucher avec une poupée.

Écrit par : Guy Liguili | 21/06/2013

Personellement, j'aime les femmes sans poils. Les femmes avec poils me donnent l'impression d'être un poux, à "manger" tant de poils qui se déposent sur ma langue.

C'est surtout pratique par comodité, en fait..

Écrit par : Aykut | 21/06/2013

suis épilé moi meme et c est si bien pratique ,sain et sans poux lol

Écrit par : Marcel | 22/06/2013

C'est une éducation Judéo-Chrétienne, teinté de puritanisme... Les poils ne sont hygiéniques car ils retiennent les "bébètes" à l'extérieur (sexe, nez, ...). Ils sont donc plein de choses...
De là à voir des pédophiles dans tous les rasé(e)s, .... non !!!
Amitiés

Écrit par : FOURNIER | 22/06/2013

Moi je pense qu'un homme qui veut que ça femme soit totalement épilée ou rasée au niveau du pubis ne doit pas être très clair, c'est les fillettes qui n'ont pas de poils, réfléchissez un peu à ça !!!!!!

Écrit par : Lilie | 22/06/2013

Rien de plus érotique qu'une femme à poils.
Les poux? Connais pas.
J'ai l'impression d'être un pédophile avec une femme rasée.

Écrit par : Moreau | 22/06/2013

Assimiler la préférence d'un homme -préférant une femme sans poil- à un pédophile c'est totalement ridicule, réducteur et aberrant. Assimile-t-on une femme qui aime un homme ayant une toison rasé ou épilé à une pédophile? Non.
Ce même homme qui aime une femme "lisse", aime les fortes poitrines et les fesses rebondis. Original pour un "pédophile".
Alors avant de monter au créneau avec des mots "chocs" tel que les médias en sont friands (terrorisme ; islamisme ; pédophilie ; meurtre etc.), pensez à prendre du recul sur vos "idées" si ce n'est celle véhiculé ça et là.

Note supplémentaire : les peintures de la renaissance montraient très souvent, si ce n'est toujours, le corps d'une femme sans aucun poil. Pourtant le renaissance n'est pas une période connue pour sa violence envers les enfants. Le poil réapparait bien plus tard.

Hypothèse : Et si le poil n'était qu'un phénomène de mode? Au même titre que les Rayban Aviator ou Wayfarer, qui ont disparu un temps et qui reviennent depuis des années. Pensez y, et ne réduisez pas une idée partielle à une généralité. Des dictatures se sont montés avec ça.

Écrit par : Flo | 22/06/2013

juste une petite réaction sur la Renaissance (avec un grand R) et la soit-disant non violence envers les enfants, je crois que beaucoup d'historiens pourront apporter des précisions utiles sur ce point , j'indique que la reconnaissance médicale de la douleur infantile (des très jeunes enfants), ne serait-ce que cela, n'a quelques années dans notre monde occidental !

Je serai alors logiquement tenté de supposer que la situation il y a quelques siècles des enfants dont beaucoup mourraient en bas âge, sans aucun droit, n'était pas très enviable....

Écrit par : héas | 22/06/2013

Je tiens à dire, connaissant très bien son physique, Ryan (Beau)Gosling a des poils sous les aisselles. Et pourtant, il est tellement sexy…

#FAIL

Preuve en image : http://bit.ly/11T5Hxc

Écrit par : Monsieurpomme | 22/06/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu