Avertir le modérateur

03/07/2013

Liberté, légèreté, sensualité: Une nuit coquine avec la Palombe

palombe.jpg

Ce n’est certainement pas le crachin de juin qui va les arrêter. Légèrement vêtues de dentelles et soie, elles défilent malgré le froid, sur ce quai parisien, sous les yeux pleins de gourmandise des messieurs et l’admiration des dames. Tels des bonbons acidulés, on les croquerait. Une mise en bouche parfaite pour cette nuit de la Palombe, comme Julia Palombe, artiste-danseuse-chanteuse-burlesque touche à tout et à tout le monde, qui a réuni ses girls à bord de la Dame de Canton.

defile.jpg

On pourrait d’ailleurs croire à une soirée très girly derrière les froufrous de lingerie, les sex-toys exposés et les punchs-framboise qui font les lèvres (et les joues) roses. Pourtant, dans le public de ce spectacle aux frontières du cabaret, de la revue légère et de la chanson d’auteur, autant d’hommes que de femmes, de jeunes que de vieux, de tailles mannequins que de beautés charnues dénudées. Une seule absente: la gêne. Malgré l’annonce d’une soirée coquine, personne ne se fuit du regard, bien au contraire. On vient pour le spectacle, pour le plaisir des yeux, pour s’émoustiller gentiment. «J’ai pas mal de témoignages de gens qui, le lendemain, me disent qu’ils ont passé une bonne nuit…», se réjouit Julia Palombe.

Un peu comme ce couple de septuagénaires studieusement installé au premier rang. Ils fréquentaient un club échangiste, mais c’est devenu «glauque»  et puis, quand même, «à un certain âge, on ne peut plus». Mais ils sont toujours «très intéressés par tout ce qui est sexy». Autant dire que quand l’invitation à la soirée de la Palombe est tombée dans ses emails «indésirables», le sang de monsieur n’a fait qu’un tour: «C’est moi qui juge ce qui est indésirable!», rit le septuagénaire au regard bleu frisant devant les jeunes beautés dansant devant lui.

La Palombe ouvre le bal. Cuir et dentelle font bon ménage sur son corps de danseuse. Et dans ses chansons, les mots crus et les notes sentimentales se marient à merveille. Qu’elle revendique «de ne pas être une fille facile mais d’avoir très envie de te sucer» ou qu’elle pleure son «enculé» tant aimé, Julia Palombe touche son audience. «C’est un spectacle sur le sexe, mais pas que, nous explique-t-elle. On parle aussi des relations entre les êtres humains, de jalousie, de possession, de tendresse… En fait, on parle plutôt de la liberté profonde des êtres humains.»

La liberté prend tour à tour la forme d’une lecture érotique, d’une écolière qui défait ses couettes pour montrer ses dessous et d’une chanson comique sur l’importance du poil dans le désir. Autour des «repères» traditionnels de la pin-up, Julia brode sa dentelle personnelle: «Je parle beaucoup de sexe pour le dédramatiser, le désacraliser. C’est un jeu incroyable, un espace de créativité sublime et j’aime en parler légèrement. C’est sympa d’arriver sur scène légèrement vêtue, des fleurs dans les cheveux et d’envoyer des trucs sérieux».

Au premier rang, les mains ont encore l’âge de se serrer et de se caresser. «Ça me rappelle l’esprit du Quartier Latin, ces spectacles qui ont disparu, nous confie le plus attentif des spectateurs. Il y a de l’humour, de l’insolence, toujours de la gentillesse et évidemment beaucoup de sensualité mais sans vulgarité». A l’heure d’aller se coucher, les spectateurs repartent avec le pied léger et le sourire aux lèvres. Certains avec l’envie de chanter, d’autres de danser, mais tous, certainement, de s’aimer. Liberté, légèreté, sensualité, la devise de la Palombe a conquis les suffrages.  

Les nuits de la Palombe: https://www.facebook.com/lesnuitsdelapalombe

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu