Avertir le modérateur

12/07/2013

Le Guide du queutard ™

Voilà les vacances qui approchent à grands pas et comme tout bon touriste, vous allez partir avec votre petit guide pour ne pas vous perdre dans les ruelles de Montcuq (hommage) ou ne pas rater les saucisses-frites de Dédé. Mais je ne pouvais pas vous laisser partir sans le seul vrai guide qui vous servira vraiment: le Guide du queutard ™.

Elaboré avec l’excellent ouvrage de Nadine Cattan et Stéphane Leroy, Atlas mondial des sexualités (ed. Autrement), et  fruit de mes investigations personnelles (et de nombre de clichés colportés sans la moindre gêne), ce Guide du queutard ™ sera le meilleur partenaire de vos vacances. Amusez-vous bien.


Afficher Le Guide du queutard ™ sur une carte plus grande

13:33 Publié dans CULture | Lien permanent | Commentaires (4)

10/07/2013

Osez passer par le désir

18760-le_lovestore_le_passage_du_desir_dans_le_1er_arrondissement_de_paris.jpg

Il y a des seuils plus difficiles à franchir que d’autres. Celui d’un sexshop par exemple. On s’imagine déjà dans un endroit sombre et sordide, cerné de regards vicelards, dont on sortira très vite, la tête basse cachée dans le col de veste remonté bien haut. Bien sûr, des magasins comme ça existent encore, mais pour monsieur et madame tout-le-monde, vous, moi, les curieux, les débutants et les aguerris, il existe aussi des boutiques où l’on peut entrer, discuter, être conseillé et surtout ne jamais être jugé par qui que ce soit.

Surtout pas par Mathilde, vendeuse au «lovestore» Passage du désir, avec qui je me suis immergée dans le monde du sextoy pour une journée. Elle connaît bien les sexshops glauques, puisqu’elle y travaillait avant de rejoindre les magasins violets implantés à Paris et Lille (et bientôt à Marseille). «C’est plus sympa ici qu’à Pigalle, les gens viennent souvent par curiosité, beaucoup de couples ou de copines qui regardent et rigolent», raconte-t-elle. «En six ans, nous n’avons jamais eu d’appel à l’aide d’une vendeuse à cause d’un pervers dans la boutique», renchérit Patrick Pruvot, fondateur et président de Passage du désir.

«Expliquez-moi, je n’y connais rien»

Mathilde n’a pas fait d’études de psychologie mais elle apprend au contact des clients : «Au début, on parle du produit, et petit à petit on se met à parler d’eux, ils se confient». Car un sextoy, ça ne s’achète pas comme une baguette de pain. Inutile de repartir avec une miche aux céréales si vous êtes allergiques aux graines, par exemple. Ainsi, ce jeune homme qui cherche un cadeau pour sa petite amie est orienté par Mathilde vers un jouet rigide «qui stimulera mieux la zone du point G». C’est son premier jouet, autant ne pas se rater. Ou cette dame qui veut des boules de geisha mais qui avoue «Expliquez-moi, je n’y connais rien». Mathilde et ses collègues suivent une formation d’une semaine pour orienter au mieux les clients: des objets aussi intimes doivent être choisis, entretenus et utilisés avec précaution. Mieux vaut prévenir cette dame enceinte que les vibrations en interne ne sont pas conseillées pendant la grossesse ou rappeler que la pénétration anale ne doit se faire qu’avec un objet adapté.  

Certains clients savent ce qu’ils veulent. Comme ce monsieur BCBG, la petite cinquantaine, qui demande tout de go «la combinaison résine G320». Visiblement renseigné par le site internet, il prend quand même le temps de comparer les différentes lingeries sexy en rayon. Ouverte à l’entrejambe ou pas, telle est la question. Par «pudeur», beaucoup de gens commandent sur le site web de la boutique, reconnaît Mathilde, mais elle assure que cela ne remplacera pas les boutiques en dur, où l’on peut goûter, essayer, toucher… Pour sentir la douceur d’un plumeau ou évaluer la puissance d’un vibro, rien ne vaut le réel.

«Je n’étais jamais entrée dans une boutique comme ça !»

 «Notre créneau, c’est la déculpabilisation, explique Patrick Pruvot. Nous voulons nous adresser au grand public pour que le produit se banalise». Cette politique fait des heureux, comme cette dame d’une quarantaine d’années qui vit aux Bahamas et vient faire ses emplettes de sextoys à Paris parce que «là-bas, c’est illégal». Ou ce monsieur qui semble chercher désespérément un cadeau «stimulant» pour sa femme, «qui a l’air de ne pas être très  sensible», nous confie Charlotte, jeune vendeuse du magasin.

Bien sûr, certains cachent mal leur gêne, comme ce monsieur très chic d’une cinquantaine d’années venu acheter un jouet pour madame: «Elle sait ce qu’elle veut», a-t-il asséné à Charlotte, qui a trouvé que cela semblait «lui faire mal» de venir acheter ça. «Parfois les gens mal à l’aise deviennent très familiers ou agressifs, mais c’est rare», reconnaît Mathilde. Et finalement, ce que l’on aura le plus entendu durant la journée en boutique, ce sont des rires: ceux des copines qui viennent regarder les jouets ensemble, ceux de celles qui «croyaient entrer dans une parfumerie» et repartiront avec un sac bien garni, ceux de la dame qui a réalisé au bout de vingt secondes qu’elle «n’était jamais entrée dans une boutique comme ça» ou ceux de ce couple ravi d’être là et qui trouve que des objets «pour le plaisir, il n’y a rien de plus sain».  

Le site web de Passage du désir : http://www.passagedudesir.fr/

 

05/07/2013

La revue de fesses du 5 juillet: Rajeunir en faisant l'amour ou crier au secours avec son sexe

 

vieux.jpg

Le soleil darde ses rayons sur ce début de vacances, l’occasion de se pencher sur la vie de nos amis les insectes (sauf toi, moustique vicieux qui m’a dévoré l’épaule à travers le tee-shirt), de rajeunir en prenant son pied et de s’auto-analyser pour savoir pourquoi nous faisons l’amour.

Le sexe, une fontaine de Jouvence

Fini les crèmes à base d'huile essentielle d'extrait de concentré d'immortelle magique des Andes. D'après un psychologue écossais du Royal Edinburgh Hospital, avoir une vie sexuelle active permettrait de paraître cinq à sept ans plus jeune que son âge, rapporte le Daily Mail. En interrogeant des personnes de 40 à 50 ans sur leur activité sexuelle, le psy s'est aperçu que ceux qui ne faisaient pas leur âge déclaraient en moyenne trois rapports sexuels par semaine, tandis que les autres ne passaient à l'acte que deux fois. Selon lui, cela s'explique d'une part par la biologie, faire l'amour générant une sécrétion d'endorphines et d'hormones bonnes pour l'entretien de nos organes, mais aussi par la psychologie: «La satisfaction sexuelle contribue énormément à la qualité de vie».

Les raisons pour lesquelles on fait l'amour jouent sur le plaisir

Si vous avez cédé à Robert parce que vous étiez déprimée après votre rupture ou si vous acceptez les avances de Monique pour avoir la paix, vous risquez de ne pas vraiment prendre votre pied. D’après une étude canadienne, rapportée par le Huffington Post, les raisons pour lesquelles nous faisons l’amour influencent la satisfaction que l’on en tire: une relation destinée à accroître l’intimité du couple ou à se rapprocher de son partenaire nous procurerait plus de plaisir qu’une relation destinée à ne pas décevoir l’autre. Dans ce cas, nous reléguerions nos envies et nos désirs au second plan et nous ferions passer le plaisir de l’autre en priorité. Donc ne faites pas l’amour pour lui faire plaisir, mais demandez-lui plutôt de vous faire plaisir. Ou l’inverse.

Crier au secours avec son sexe

N’essayez pas chez vous, vous n’y arriverez pas. En revanche, les papillons de Malaisie maîtrisent le cri par les organes sexuels. D’après une étude réalisée par des chercheurs des Etats-Unis, rapportée par Sciences et avenir, lorsqu’une chauve-souris les menacent, ces papillons font «stridules des écailles modifiées de leurs valve génitale contre leur abdomen». Ecoutez donc ce doux son des écailles de papillon.


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu