Avertir le modérateur

04/12/2013

Et le prix de la plus mauvaise scène érotique est attribué à…

livres.jpg

Nous avons nos Gérard du cinéma, la Grande-Bretagne a ses Bad sex in fiction awards. Décernés tous les ans par la Literary review britannique, ce prix distingue une très mauvaise scène de sexe dans un roman ou une nouvelle (non classée X) publié dans l’année. Des auteurs aussi reconnus que Nancy Huston, Jonathan Littell, Tom Wolfe ou Norman Mailer ont ainsi été mis sur le bûcher de la moquerie littéraire.  

Cette année, le jury a élu un passage de «The city of Devi» de l’auteur américain Manil Suri, dans lequel l’acte sexuel part en explosion nucléaire. La traduction de romans étant un exercice ardu, la version française livrée ci-dessous est à prendre avec des pincettes (la version originale est à lire ici):

«Des supernovas explosent sûrement à cet instant, quelque part, dans la galaxie. La cabane disparaît, et avec elle la mer et les sables, ne reste que le corps de Karun, collé au mien. Nous filons devant des soleils et des galaxies, nous plongeons dans des bancs de quarks et des noyaux atomiques. En célébration de notre quatrième étoile, les statisticiens du monde entier se réjouissent.»

Loin d’être vexés par ce prix, les éditeurs du livre ont invité les lecteurs, lors de la cérémonie de remise du prix, à «emporter le livre avec eux au lit» et ont pris une revanche littéraire en citant les critiques dithyrambiques du Wall Street Journal et des citations de Tolstoï et de Jane Austen : «La moitié du monde ne peut pas comprendre les plaisirs de l’autre», écrivait l’auteur de Orgueil et préjugés.

Le jury se défend de pruderie

Au-delà des petits règlements de compte entre éditeurs et journalistes littéraires, ce prix ne fait pas rire tout le monde. Certains observateurs ont ainsi accusé le jury de pruderie et de vouloir éradiquer, purement et simplement, les scènes de sexe des romans contemporains. L’objectif avoué des Bad sex in fiction awards est d’«attirer l'attention sur l'usage grossier, insipide et souvent routinier de passages redondants de description sexuelle dans le roman moderne, et de le décourager». Décourager la mauvaise littérature mais pas le sexe, jure Jonathan Beckman, un des jurés, qui a voulu se défendre dans une tribune publiée par The Independent :

«Les deux erreurs les plus courantes que nous rencontrons en établissant la liste des nommés sont les symptômes d’une timidité envahissante chez les auteurs, d’une volonté de ne pas se confronter au fait. La première est une quête quasi hystérique de la métaphore, qui cherche à rendre le moment moins charnel. (…) La seconde est une dispersion de l’extase sexuelle dans le temps, l’espace et la conscience. (…) Le Bad sex award n’est pas un puits sans fond de mépris. C’est un prix qui se préoccupe profondément de l’écriture, qui montre comment cela peut être mal fait pour que ce soit meilleur dans l’avenir.»

Le cas Victoria

Il n’empêche, sortir des extraits de romans biaise toujours le choix. Par exemple, figuraient parmi les nommés de cette année Eric Reinhardt, auteur français de Le système Victoria. Encensé par la critique à sa sortie (et à juste titre à mon humble avis), le livre était épinglé pour une scène dans laquelle les deux protagonistes font l’amour pour la première fois: «Sa fermeture éclair crépite comme un bateau à moteur sur une mer d'huile», écrit Reinhardt. Cela n’a pourtant pas gêné les jurés des prix Goncourt et Renaudot, qui l’avaient sélectionné en 2011. Le jury des Bad sex Awards n’aurait-il donc pas lu le roman en entier? Ou tenterait-il de faire parler de lui (et de sa revue) en se moquant facilement de passages isolés de leur contexte? Juger que Eric Reinhardt parle mal de sexe serait en tout cas un raccourci aussi rapide qu’un bateau à moteur sur une mer d’huile.

12:20 Publié dans CULture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu