Avertir le modérateur

28/03/2014

Et si les femmes (aussi) étaient des animaux?

index.jpg


Dans Que veulent les femmes?, le journaliste du New York Times Daniel Bergner bat en brèche les préjugés sur la libido féminine…

Les femmes ont besoin de tendresse, les hommes sautent sur tout ce qui bouge. Les femmes sont fidèles par nature, les hommes sont d’inguérissables queutards. Certains chercheurs, démonstrations scientifiques à l’appui, affirment que la nature a ainsi conçu la répartition des rôles entre le masculin et le féminin. Mais entre l’inné et l’acquis, la frontière est floue, surtout en ce qui concerne la libido féminine.

La fidélité féminine, «un conte de fées»

Le journaliste américain Daniel Bergner  a jeté un clitoris dans la mare de sperme de la recherche en sexologie: d’après les scientifiques qu’il a interrogés, les femmes ne sont pas naturellement plus enclines que les hommes à avoir une libido «sage», bien au contraire. «La libido féminine – dans sa diversité et sa puissance inhérente – constitue une force sous-estimée et muselée, même de nos jours, dans une société saturée de sexualité», écrit-il dans Que veulent les femmes, tout juste traduit en français (ed.Hugo Doc). Selon lui, «une de nos hypothèses les plus rassurantes, surtout pour les hommes mais bien partagée par les deux sexes, selon laquelle l’érotisme féminin est bien plus adapté à la monogamie que la libido masculine, n’est rien d’autre qu’un conte de fées».

Il en veut pour preuve les expériences de la sexologue Meredith Chivers : confrontées à plusieurs images sexuelles, les femmes se sont toutes révélées excitées, qu’il s’agisse d’images de bonobos en rut ou de femmes se masturbant. Une sexualité «omnivore» caractériserait donc plus les femmes que les hommes, bien plus strictement émoustillés par des images correspondant uniquement à leurs penchants sexuels. Les femmes sont aussi très excitées par les images d’inconnus alors qu’on leur attribue un besoin de tendresse ou de complicité pour avoir du désir. Cette idée a été appuyée par la théorie de «l’investissement parental»: les femmes « mobilisent leurs ovules et leur corps tout entier» dans la reproduction, «prennent la responsabilité et les risques de la grossesse et de l’accouchement» puis «se dévouent à l’allaitement», donc «économiquement parlant» tous ces investissements justifient un «discernement dans le choix du partenaire» qui ne les pousse pas au batifolage.

La trouille darwinienne: «Nous allons tous être cocus»

Pourtant, les femmes modernes, même dotées d’un cerveau reptilien, regardent du porno et achètent des sextoys. Pourtant, les guenons et les rates étudiées par les scientifiques sont 99% du temps les initiatrices de la rencontre sexuelle. Il semblerait donc que la nature ne cantonne pas les femmes au rôle de maman prudente que l’on veut bien leur attribuer. «Pourquoi avons-nous enfermé à double tour la sexualité des femmes?, s’interroge le psychologue Jim Pfaus. Pourquoi maintenons-nous le désir des femmes sous une chape de plomb? Les hommes ont peur: si cette boite s’ouvre, si nous perdons le contrôle, nous allons tous être cocus.» Et qui dit cocus dit, pour notre espèce darwinienne, non assurés que la progéniture est bien porteuse de leurs gènes. Ce seraient donc plutôt les hommes qui assureraient leur descendance en enfermant leurs femmes dans une monogamie rassurante pour leur lignée génétique.

En observant les fantasmes des femmes, de nombreux chercheurs ont montré que le fait d’être ardemment désirée par un homme, d’être choisie, excitait considérablement la gent féminine. Etre l’élue, courtisée, séduite. Pour Daniel Bergner, entre ce fantasme féminin et la libido agressive des guenons étudiées, il y a un «gouffre insondable» que «seule la culture explique». Si les femmes n’avaient pas vu leur sexualité réprimée par la religion, si les organes sexuels féminins n’étaient pas si méconnus (le point G est toujours un «mystère» et la description du clitoris très récente) et si la peur de «passer pour une pute» n’existait pas, il y a fort à parier que les femmes iraient plutôt chercher une multiplicité de partenaires pour augmenter leurs chances de reproduction, sauraient atteindre l’orgasme pour que les contractions du vagin favorisent la remontée du sperme vers les ovaires et prendraient plus facilement les devants avec les hommes. Et peut-être que chienne ou cougar ne seraient plus des insultes ou des moqueries, mais la simple expression d’une animalité qui n’a rien d’honteux.    

Commentaires

N'importe quoi la fin, rien à voir avec Darwin et la sélection naturelle.

Pour augmenter leurs reproduction les femmes font exactement ce qu'il faut:
C'est à dire sélectionner un mâle de bonne qualité qui a l'air fidèle et qui restera s'occuper d'elle et du bébé.
Un bébé ça prend 9 mois a faire et ça demande beaucoup d’énergie et de moyens, donc autant que ce soit un bébé de bonne qualité génétique qui aura lui même plus de chance de se reproduire et avec un père qui aide à la survie de la famille.

S'envoyer en l'air avec 10 mecs par semaine, faire des bébés avec n'importe qui, ce n'importe qui qui ne restera pas forcément s'occuper de son gosse ça n'augmente pas la reproduction. Le bébé a plus de chance de mourir, de mal grandir, et même si il survit il aura lui même moins de chance de se reproduire. Donc c'est loupé.

Écrit par : Boby | 28/03/2014

Autre approche possible: la "sociologie". Dans nos contrées "libérales" (càd où la "propriété" est sacrée), le "cocufiage" (ma propriété m'a échappé) est un risque. Mais il existe d'autres conception de la société dans lesquelles cet aspect a quasi disparu. L'exemple de la RDA est parlant, à ce propos.
Pareillement, en Afrique, il n'est pas rare de s'entendre dire: "frère, même mère, même père"; cette précision est signifiante de l'écart qui existe entre notre, et leur approche des échanges sexuels.

Écrit par : pm | 28/03/2014

En tant qu'homme ça ne me derangerai pas du tout.
Chez les inuits les femmes ne sont pas fidèles et les hommes non plus évidemment durant les longues nuits d'hiver. Ceci pour renforcer le groupe et la survie et les gènes.
Je pense que l'on se balance entre les excès avec un sagesse humaine....

Écrit par : did | 28/03/2014

aucunes démonstration scientifique la dedans en effet!
je vais vous citer un extrait de film qui attribuait une phrase a l'une de deux jeunes filles s'entretenant sur le sujet, elle dit a l'autre: quand une fille est amoureuse , elle enleve $a culote. c'est simple, ça veut dire que le sexe , est en confiance, qui est porté par la source d'amour de son homme, et du coup, il n'apparait plus du tout exitant.
c'est en tout cas en parfait accords avec mon experience de la chose.
Il faut arreter une bonne fois pour toute de voir l'être humain male ou femelle comme une bête, meme si par de mauvaises pensées d'autrui (pas les siennes), ou par un glissement vers le caniveau en raison d'un environnement de désamour cela peut arriver plus ou moins.

Écrit par : deboutleshommes | 28/03/2014

Les femmes batifolent plus qu'on ne veut le dire, les tests ADN l'ont prouve. La théorie derrière ce fait est simple: le bon père fidèle, c'est cool pour nourrir la progéniture. La diversité génétique des enfants, c'est une meilleure stratégie pour la femme que la fidélité stricte.

Écrit par : EcoGuy | 29/03/2014

Sinon n'en déplaise à certains... les humains sont aussi des animaux

Écrit par : Moogly | 29/03/2014

Il y a une simple évidence à la vérité de cette article que constatent tous les hommes infidèles comme moi : leur partenaires sont des femmes ! pas des chèvres ! Et mariées le plus souvent ou en couple pour être plus général.
Ce qui veut dire qu'il y a probablement autant de "cocus" masculins que de féminins. Les femmes savent peut-être mieux le cacher et se font moins prendre... Mais je voudrais casser les illusions de certains hommes qui se croient à l'abri de l'infidélité de leur femme mais la réalité est ainsi, les femmes sont aussi infidèles que les hommes.

Écrit par : fidelio | 29/03/2014

Là , les enfants , je pense qu'il faut réfléchir , car quand un mec trompe sa femme ,il y a une nana qui trompe son mec ,pas vrai ?

Écrit par : jcé | 02/04/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu