Avertir le modérateur

29/06/2014

«Ceci est mon sexe», la Passion de la femme-fontaine

image001.jpg

Oubliez Fifty shades of sexy bastard, Les lapins du parc Monceau ont la gueule de bois le dimanche et Je n’oublierai pas que je te reverrai: le roman que vous devez mettre de toute urgence dans vos valises pour les vacances, c’est Ceci est mon sexe, de Claire Barré, paru le 5 juin (ed. Hugo Roman).

Allez lire la 4e de couv’ par là

Malgré la couverture rose, on est très loin de la chick lit ou du mummy porn. L’histoire trash et sexy de Trixie Rose, «femme fontaine miraculeuse que des gens plus ou moins bien intentionnés vont vouloir faire passer pour la fille de Dieu» (dixit l’auteur), nous emmène plutôt dans des univers à la Tarantino, Lynch ou Almodovar, ces cinéastes qui ont «un sens du baroque, de la chair, de la sensualité». En scénariste aguerrie, Claire Barré a utilisé son sens de l’intrigue et ses références cinématographiques, musicales et littéraires pour nous tenir en haleine tout au long de ce roman inclassable, «transgenre», alliant comédie, drame et érotisme.

Dans cet évangile, les apôtres sont junkies, dealers, accros à la chirurgie esthétique, internés à Ste Anne, réalisateurs de porno gay ou catcheuses burlesques. Un joyeux bordel rempli d’hommes et de femmes «un peu cabossés par la vie, qui accrochent le regard», une Cour des miracles du 21e siècle qui se disperse à Las Vegas, Paris, Amsterdam et Tokyo. Tous gravitent autour de Trixie, une jeune fille métisse aux yeux mauves dont la beauté bouleverse tous ceux qui la croisent. «Son personnage est né de l’idée de Marylin: l’image de la pureté dans un monde qui ne l’est pas, explique Claire Barré, qui s’est fait tatouer son héroïne dans le dos. Elle est perçue comme innocente mais est loin d’être idiote.»

Femme «très forte et très féminine», Trixie découvre que sa capacité à atteindre une «jouissance orgasmique presque mystique» cache des pouvoirs miraculeux. «L’idée était aussi de parler de sexualité  et des femmes fontaines très librement avec un personnage qui le vit de manière naturelle», poursuit Claire Barré. Mais le don de Trixie va vite se transformer en malédiction pour la jeune femme, qui sera certes vénérée comme la fille de Dieu mais surtout enfermée et commercialisée. «Ce qui était beau et touchant devient industriel, poursuit Claire Barré. Les gens qui l’aiment trouvent normal qu’elle devienne un bien de consommation.»

Si un nouveau messie arrivait aujourd’hui, qu’en ferions-nous? Un site internet, une télé-réalité, une gamme de produits dérivés? A la fois critique de notre société de surconsommation et relecture féministe des textes fondateurs du catholicisme, «Ceci est mon sexe» propose de remplacer la Cène par un cocktail au LSD, l’imposition des mains par l’éjaculation féminine et la crucifixion par la marchandisation. «La beauté sauvera le monde», écrivait Dostoïevski: Claire Barré nous le prouve dans cette Passion sans résurrection possible.

11:48 Publié dans CULture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu