Avertir le modérateur

31/03/2015

Cinquante nuances de peaux

Capture.JPG


A la question «Qui es-tu?», la fiction radio «Les traîtres – Identités sexuellement transmissibles», d’Arte Radio, répond par une galerie de portraits qui sont autant d’indécisions.

On a beaucoup proclamé «Je suis» ces derniers mois. Comme si une identité faite de stupeur, d'émotion et de valeurs pouvait gommer toutes les différences. Mais une fois les banderoles repliées, qui sommes-nous?

Antoinette est Noire mais cela lui a toujours paru «naturel de sortir avec un Blanc».

Félix est Noir aussi, mais «pour se marier aujourd’hui», il préfère une Noire.

L’ex de Félix, Gülnaz, est «née en France mais 100% Kurde».

La patronne de Gülnaz, Elsa, aimerait bien que dans sa famille, on «arrête d’être Juif cinq minutes.»

Mathieu, «100% Français, Voltaire et gaudriole» se cherche désespérément des «origines».

Brahim, Kabyle, sait ce qu’il ne veut pas être: «un cliché».

Tous se considèrent ou sont considérés comme des «traîtres»: traîtres à leurs ancêtres, esclaves violées par des Blancs, Juifs persécutés, Kurdes massacrés, Kabyles marginalisés. La violence des mots que leur assène leur mère, leur pote, leur inconscient, le leur rappelle régulièrement. Lorsqu’ils se rencontrent, qu’ils s’aiment, qu’ils se repoussent, leur identité se trouble. Pourquoi suis-je attiré par «le rayon fruits exotiques», se demande Mathieu, qui se sent enfermé dans sa franchouillardise? Pourquoi Brahim, malgré son rejet de la tradition, n’envisage pas une seconde de sortir avec Elsa, qui est son «moi en juive»? Pourquoi Gülnaz veut absolument faire plaisir à ses parents en se mariant avec un musulman au détriment de ses sentiments? «Chacun cherche sa place mais personne ne la trouve. Le monde se mélange. Les identités se crispent», résume Brahim.

Pas de bien-pensance, pas d’angélisme, pas de «glorification du métissage» dans les mots des comédiens. Loin de chercher à être consensuel et à mettre le compteur du racisme à égalité entre toutes les «communautés», les auteurs de cette fiction ont simplement confronté de jeunes adultes à cette question: si tu es libre d’aimer qui tu veux, si contrairement à tes parents ou tes grands-parents tu n’es pas obligé(e) de te marier dans ta communauté, que vas-tu faire de cette liberté?

«Je me sens mieux avec quelqu’un qui est un peu comme moi, mais pas exactement», dit Gülnaz. «J’aurais bien aimé être Juif», pense Mathieu. «Si ma famille savait que je sors avec un goy, elle me ferait chier jusqu’à la fin des temps», soupire Elsa. Leurs identités, «sexuellement transmissibles», ne sont pas des maladies. Mais elles peuvent provoquer des réactions épidermiques, voire des troubles de l’érection. Seul remède: écouter ces histoires de peaux entrelacées, sur le site d’Arte Radio ou ci-dessous.

Texte : Ilana Navaro & Silvain Gire
Avec : Julie Kpéré (Antoinette), Adama Diop (Félix), Karyll Elgrichi (Gülnaz), Lyes Salem (Brahim), Sarah Jane Sauvegrain (Elsa), Marina Tomé (mère d'Elsa), Pascal Sangla (Mathieu), Vincent Vabre (l'ami), Delphine Théodore (fonctionnaire), Leïla Guérémy (soeur de Brahim)
Prise de son : Arnaud Forest
Réalisation : Samuel Hirsch

23:20 Publié dans CULture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu