Avertir le modérateur

14/08/2015

Sextos : Comment ne pas rater son coup

sexto.jpg

« Coucou, tu veux voir ma bite ? » En matière de SMS enflammés, il y a sûrement mieux à faire que de proposer à brûle-pourpoint de montrer ses parties génitales à une jeune femme. Rappelons déjà que les messages à caractère sexuel doivent s’échanger entre personnes adultes et consentantes. Ca, c’est la loi. Ensuite, le sexto peut être cru, romantique, scénarisé, imagé, peu importe le contenu du moment qu’il attise le désir. D’après une étude américaine publiée il y a quelques jours, les sextos seraient bénéfiques pour les couples. A condition de ne pas se louper.

Conseil n°1 : Envoyer au bon destinataire

Ca paraît bête mais les erreurs de destinataires, si elles sont une mine d’or pour votre psy, peuvent vous mettre dans un bel embarras.  Si vous envoyez des photos, évitez de le faire au premier venu ou à un moment où vous ne savez pas qui a le portable entre les mains : « Un patient m’a raconté qu’il avait envoyé un sexto à sa femme sur son portable professionnel. Malheureusement, c’était l’associé de sa femme qui l’avait à ce moment-là », témoigne la sexologue Ghislaine Paris.

sexto-fail.jpg

En revanche, pour certains, le côté « je peux me faire choper » rend les échanges encore plus pimentés : « Tu peux être en compagnie d'amis, au boulot, dans le métro, tu ouvres un texto et tu sens tes joues rougir et la chaleur monter dans le bas du dos, témoigne Alice, 39 ans. Les moments de gêne sont une montée d'adrénaline que l’on recherche aussi. »

Conseil n°2 : Faire confiance au destinataire

Surtout si vous envoyez des photos. Le « revenge porn », c’est-à-dire le fait de poster des photos osées de son ex sur les réseaux sociaux pour se venger, est un des fléaux du web. Certes, vous n’êtes pas Scarlett Johansson, mais mieux vaut se méfier. Si vous avez envie de montrer vos atouts à votre nouvelle conquête, évitez les signes distinctifs, du style votre tête. Vous pourrez ensuite toujours nier, sauf si comme Kanye West vous êtes fier de votre gros kiki.

Conseil n°3 : Etre dans la séduction

Que l’on soit un vieux couple ou de jeunes tourtereaux, le but du sexto doit être de séduire l’autre, rappelle la sexologue Ghislaine Paris. « Le sexto est une manière d’utiliser les nouveaux moyens de communication pour exprimer quelque chose d’aussi vieux que le monde : la sensualité, le désir, l’imaginaire. » Pour ceux qui débutent une relation, la «phase passionnelle » est naturellement rythmée par ces montées de désir. Alice « découvre l'excitation de ces échanges depuis peu de temps » avec un homme rencontré récemment : « On se dit peut-être plus facilement nos fantasmes et nos envies que si on devait en parler en face à face. Et quand on se revoit on sait ce que l'autre aime. Personnellement, je trouve cela très excitant et cela permet une sexualité plus épanouie. »

Idem pour les couples installés, le sexto peut rebooster une libido sombrant dans le train-train. « La communication est un facteur très important de pérennité du couple et de maintien du désir sexuel dans un couple », note la sexologue.  Stéphanie, 33 ans, estime que lors d’une « d’une baisse de forme passagère » dans le couple, les sextos « font partie du dialogue, ils peuvent briser la glace et détendre l'atmosphère. »

« Beaucoup de patients m’ont dit qu’ils ont plus de facilité à dire certaines choses quand ils ne sont pas en face à face, explique Ghislaine Paris. Ils rentrent dans un imaginaire, un récit, un  scénario, qui leur permet néanmoins de se dire des choses importantes. » Alice avoue échanger des sextos où elle et son amoureux « s'inventent des rencontres dans des lieux fantasmés ». Elle a aussi « des échanges de textos sur plusieurs jours pour finir l'histoire par une très belle séance de cul » dans la réalité.

Pour les couples qui se voient peu souvent, c’est un moyen de maintenir un contact « physique ». Sonia, 42 ans, a pris goût aux sextos pour garder le contact avec une nouvelle conquête : « J'ai rencontré un steward, explique-t-elle. Comme il n'est pas hyper disponible et que moi-même, entre le boulot et les enfants, je ne le suis pas plus, les sextos sont plutôt pratiques. Cela permet de garder une certaine proximité jusqu'au rendez-vous suivant. »

Règle n°4 : S’adapter à l’autre et aux circonstances

 « Il vaut mieux essayer de connaître l’état d’esprit de la personne à qui on envoie un sexto », conseille Ghislaine Paris. Des mots crus envoyés au mauvais moment peuvent engendrer « des contresens, paraître vulgaires, choquants » : « Quand on est dans un état d’excitation avancée, on peut employer des termes qui sont susceptibles de provoquer une incompréhension chez la personne en face si celle-ci n’est pas dans le même état. » En gros, « Suce-moi, ma petite goulue » alors qu’on est au rayon charcuterie-traiteur, ça excite moyen.

D’autre part, il faut essayer de s’adapter aux envies de l’autre et d’être au même niveau de cochonnitude. On peut commencer doucement et s’adapter en fonction des réponses reçues. On y va graduellement. « Il faut être subtil, analyser la réponse de l’autre », rappelle Ghislaine Paris.

Règle n°5 : Du bon usage des photos et de votre pénis

Subtilité, chapitre 2. Sauf quelques exceptions, la majorité des filles n’est pas spécialement émoustillée à l’idée de voir un pénis en gros plan. Surtout sous une lumière dégueulasse et un angle hasardeux qui rappelle plutôt le rayon charcuterie (on y revient) que la nuit torride de la veille. « Un pénis vu de façon directe n’est pas du tout une source d’excitation pour les femmes, note la sexologue. Quand on envoie un sexto, il faut se demander ce qui est susceptible d’exciter l’autre et non pas se baser sur son propre ressenti. »

 


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu