Avertir le modérateur

14/05/2013

Mais pourquoi Jean-Luc de la compta me fait cet effet-là?

6a010534a85cc1970b0120a5eef1ad970c-200pi.png

Que celui ou celle qui n’a jamais reluqué le joli cul d’un(e) collègue à la machine à café me jette la première pierre. Certes, Jean-Luc, le petit nouveau de la compta, n’a pas vraiment le physique de Bennett Ryan, le héros du «soft porn» américain Beautiful bastard (dont vous pouvez lire la critique sur ce blog). Mais son air de pas y toucher derrière ses petites lunettes et son plan comptable me donnent furieusement envie de lui arracher la cravate.

Pas la peine de regarder la photocopieuse de travers, il ne m’arrive rien que de très banal, me rassure Alain Samson, qui en connaît un rayon puisqu’il est l’auteur de « Sexe et flirts au bureau » et donne au Québec des conférences intitulées «Les femmes aussi aiment le sexe... mais au bureau?». D’après lui, tomber amoureuse d’un Jean-Luc peut arriver à tout le monde, à tout âge, même si certains milieux comme les médias et la communication sont très portés sur la question. «Le monde du travail est aphrodisiaque pour plusieurs raisons, m’explique-t-il. Ce qui nous attire chez quelqu’un, ce sont souvent les points communs, or au travail on a souvent fait les mêmes écoles, on partage un vocabulaire, on se comprend. Ensuite la proximité nous permet, à force de voir les mêmes personnes, de découvrir leurs bons côtés et la considération, par exemple si on propose de ramener un café à quelqu’un, peut développer une amitié qui peut être confondue avec le désir amoureux». C’est vrai qu’avec Jean-Luc , nous avons souvent des discussions enflammées sur les REX du DRH qui ne permettent vraiment pas d’arriver au Gonogo, et que notre goût commun pour le macchiato court avec un seul sucre nous réunit à la pause-café. Mais cela suffit-il vraiment à fonder une histoire d’amour?

«Le sentiment d’affiliation joue aussi, par exemple si on nous demande de terminer un rapport en urgence et que l’on réussit ensemble, l’élévation commune est confondue avec le désir, poursuit Alain Samson. Les risques sont réduits dans une rencontre au travail: je peux évaluer la qualité du travail de l’autre, sa ponctualité,… C’est comme essayer avant d’acheter, alors que dans un bar je ne sais pas avec qui je vais me réveiller. Enfin, on joue des rôles au travail tandis qu’à la maison on a un conjoint qui se gratte, qui rote...» Prends ça, madame Jean-Luc. 

Flirtaubureau.jpg

Le susnommé Jean-Luc (dans mes rêves les plus fous)

 

Et puis on a de plus en plus souvent des occasions de se rapprocher entre collègues: soirée de Noël, anniversaire de Gisèle, pot de départ de Machin du marketing dont vous n’avez jamais pu vous rappeler le prénom mais qui vous a prêté des post-it un jour… «Les soirées créent une occasion car il y a souvent de l’alcool, compatit Alain Samson avec mon foie mourant. Il y plus de peau: on se vêt plus légèrement, on touche l’autre par exemple en se faisant la bise. Il fait aussi plus sombre et la collègue qui ne me dit rien d’habitude peut se transformer en être de désir…» C’est bon, Martine, t’es sauvée. «Ces soirées-là sont dangereuses et on devrait se donner des objectifs stratégiques avant d’y aller: je vais parler avec untel mais me tenir bien à distance d’un(e) autre», me rappelle Alain Samson. Une coupe de champagne/des objectifs raisonnables: je sais qui va gagner. Et ce n’est pas ma dignité.

Notre lecteur Danydan nous parle lui des occasions lors des déplacements professionnels, très risqués: «Quand j'étais plus jeune et célibataire, pendant les salons d'expo, les déplacements, ou même avec des stagiaires. Aujourd'hui je suis rangé et je n'ai plus vraiment d'opportunités, je tiens ma propre entreprise et ma secrétaire est mariée. J'ai volontairement recruté une femme mariée et mère, pour éviter d'avoir à réfléchir à une éventualité de relation. Je suis forcé de constaté que ça n'a pas vraiment marché...» Courage Danydan.

Le boulot est tellement périlleusement sexy qu’une loi mathématique existe même pour savoir quel nombre de partenaires vous êtes censés avoir en fonction de votre ancienneté et de votre niveau hiérarchique. Elle s’appelle la loi de Cupidon, et c’est Loïck Roche, directeur de Grenoble Ecole de Management, qui l’a expliquée dans son livre Cupidon au travail. Selon lui, une personne ayant un pouvoir de direction aura son premier partenaire sexuel au travail entre sa troisième et quatrième année dans la même boite. En revanche, pour un subordonné, il faudrait attendre… 21 ans. Moi qui ne suis chef que de moi-même, j’ai donc quelques années devant moi afin de peaufiner ma stratégie pour choper Jean-Luc. «Les relations hiérarchiques incluent dans leur essence même la dimension de soumission et de domination et donc, de facto, quelque chose qui est de l’ordre du sexuel», écrit doctement Loïck Roche. Ok, donc il vaudrait mieux que je lorgne sur mon boss si je veux arriver à mes fins?

media_xl_3847970.jpg

Mon boss m'incite toujours à me dépasser.

Halte-là malheureuse, m’arrête Alain Samson. «Le mythe de la secrétaire et du patron est une réalité mais normalement ça se termine mal!, me rappelle-t-il. Cela présente un risque pour l’estime de soi: si j’ai une promotion, je risque de me demander si elle est due à mes compétences ou à mon incroyable flexibilité du bassin». «La secrétaire fait le lit de son licenciement ou changement de poste ultérieur, renchérit subtilement Loïck Roche.  Le manager ne va pas supporter longtemps le regard de celle qui connaît une vérité intime: la véritable puissance sexuelle du manager.» Le pouvoir s’effrite quand ta secrétaire connaît la taille de ta bite: un adage qu’on se répète dans les écoles de commerce.

Bon, mais alors du coup, je fais quoi, moi, avec mon Jean-Luc? Puis-je lui faire une déclaration par mail, comme le suggèrent les éditeurs de Beautiful bastard? D’après mon avocat (enfin, un avocat sympa et calé en droit du travail, comme si j’avais les moyens…), cela ne remettra pas en question ma place dans l’entreprise. Cette relation relève de la vie privée et ne pourra être sanctionnée que si elle a une incidence négative sur la vie du service ou de l’entreprise. Par exemple, si mon Jeanjean et moi on va se faire des papouilles entre midi et deux dans la cage d’escalier, personne ne pourra nous virer pour ça. En revanche, si on se met à faire des galipettes sur le canapé du hall d’accueil en pleine journée, ça pourrait mal tourner pour nous.

1359-1-fr-medium.jpeg

Petit rappel: le harcèlement sexuel est répréhensible par la loi.

Alain Samson, avec son sens nord-américain des check-lists, me propose d’évaluer ma future et torride relation avec Jean-Luc selon plusieurs critères de «viabilité»:

-          Avoir le même niveau hiérarchique. «Quand je succombe à une relation sexuelle impliquant plusieurs niveaux hiérarchique, cela crée un risque de jalousie des collègues et pour le patron cela risque d’être mal perçu et nuire à sa crédibilité». Ca roule pour JL et moi. On est tous les deux des moins que rien, mais nous on fait l’amour, on vit la vie jour après jour nuit après nuit.

-          Avoir le même niveau d’attente: «Soit on veut une petite baise de fin de journée pour faire baisser le stress, soit une histoire à long terme. Si c’est le cas pour moi mais pas pour l’autre, la réalité va être dure quand je vais le revoir au bureau, c’est comme mourir de soif devant la fontaine.» Jean-Luc, faut qu’on se parle.

-          Dernière condition, il faut qu’aucun des deux n’ait déjà un partenaire à la maison. «Et ne jamais croire quelqu’un qui dit qu’il va divorcer». Ah oui, tiens, c’est vrai qu’après 18h, Jean-Luc ne s’appelle plus De la Compta, mais Jean-Luc Dupond, marié, trois enfants. Qu’il enlève sa cravate et ses lunettes pour enfiler son jogging et boire une bière en regardant le foot. Qu’il ne parle plus de retour sur investissement et de stock-options mais de la nouvelle  voiture des voisins et de la mort du chien de sa tante. Si j’avais envie de ça, je serais femme au foyer. CQFD.

Lire aussi l’excellent papier de mon grand blond aux yeux bleu de voisin de bureau (rdv en salle des archives).

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu